Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/6

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

I

Manuscrit du poème.

Le manuscrit qui contient le poème d’Élie de Saint-Gille est un ms. bien connu [1]. C’est le ms. de la Bibliothèque Nationale de Paris fr. 25516 (anc. La Vallière 80) ; il renferme, outre l’Aiol et l’Élie, une rédaction de Beuve d’Hanstone et le roman de Robert le Diable. Ce ms. a été écrit sur vélin, à deux colonnes, dans le courant du xiiie siècle ; il mesure 0m 179 sur 252, et compte 209 feuillets : l’Élie occupe les folios 76 a-95 c.

Six miniatures de petite dimension (environ six centimètres carrés) représentent certaines scènes du roman ; j’ai indiqué en note, dans le cours du texte, les vers après lesquels ces miniatures sont placées, ainsi que les rubriques qui les accompagnent. Je reproduis ici ces rubriques :

1. — Ichi commenche li vraie estoire de Julien(s) de Saint Gille liqués fu pere Elye duquel Aiols issi, esi con vous orés el livre (v. 1) ;

2. — C’est chi ensi con Sarrasin ont pris Elye et l’ont mis en une nef (v. 882) ;

  1. Voy. le catalogue De Bure, 1783, t. II, p. 214-218, Edm. Stengel, Mittheil. aus fr. Handschr. der Turiner Univers.- Bibliothek, p. 32-33, et notre édition d’Aiol, p. ij-iv.