Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant tu as si conquis trestous mes garnimens,
Mon auberc et mon elme et mon destrier corant,
Aras tu tel ensoigne, onques n’eus si grant.

VIII[1]

« Sarrasin, » dist Elies, « tu le m’as demandé,
305Comment jou ai a non et de quel lieu sui né :
Vois tu or cel plaiscié lonc cel bos en cel pré ?
Iqui est mes repaires et ichi fu je nés ;
Fieus sui a .i. provost qui a avoir assés :
Par sa fiere ricoisse m’a [il] hui adoubé.
310Or m’en vois deportant mon destrier esprover.
Onques Dieus ne fist home qui de mere soit nés,
S’il demande bataille, que n’en soie aprestés.
Or vous voi de vos armes garnis et conraés ;
(b)Ces prisons u presistes, que si mal demenés ?
315Sont che vilain de vile u borgois de chité ?
— Nenil, » dist Rodoan, « mais baron naturel :
C’est Guillaumes d’Orenge, li gentieus et li ber,
Et Bertram, ses neveus, li preus et li senés,
Et Bernart de Brubant et Hernaut li menbrés. »
320Quant l’entendi Elies, le sens quide derver :
A sa vois qu’il ot clere commencha a crier :
« Paien, mar les cargastes, par les sains que fist Dés ! »
Il hurte le destrier par andeus les costés,
Vait ferir Rodoan en son escu listé,
325Desor la bende d’or li a fraint et troé,
Le blanc auberc del dos desmailliet et fausé,
Enpoin le par vertu, si l’a mort craventé :
« Cuiver ! » che dist Elies, « Dieu doinst toi mal dehé !
Onques li miens lignages ne pot le tien amer. »

  1. — 306 plancie