Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ensi le feron nous au los de ce barnage. »
Or s’en tornent paien et cis qui les pris gardent,
Et li autre remaignent, qui ariere se targent,
Por recerchier le pui et le mont et l’angarde,
275Veoir se troveront nul home qui riens vaille,
Cheval ne palefroi ne boin destrier d’Arabe.
Il troverent Elie a l’issir d’un boscage ;
(fol. 78)Mais ainçois qu’il s’en partent lor fera tel damage
K’escus i avra frais et armes de cors traites.

VII[1]

280Or s’en tornent paien, li .v. en vont devant,
Et li autre remaignent, qui se vont atargant,
Qui mainent nos François tant orgellousement ;
As fus et as bastons les vont forment batant,
Et Guillaumes d’Orenge s’en va mout dementant :
285« Dameldé, » dist il, « pere, par ton digne commant,
Mar furent nostre cors, li preu et li vaillant :
Des or serons sor mer o sarrasine gent.
Dameldieu penst des armes par son commandement,
Car li cors sont torné a grant juisemant. »
290Premerains l’entendi .i. paiens Rodoant ;
Il haucha le baston, ja ferist maintenant,
Quant il a regardé par mi le desrubant,
Et voit venir Elie sor son ceval corant.
Quant le voit li paiens, cele part vint poignant,
295A sa vois qu’il ot clere s’escria hautement :
« Qui es tu, chevaliers, desor cel auferant ?
Cel destrier reconnois et tout cel garniment.
— Vasal, » che dist Elies, « en tient a vous noiant ?
— Oil, » dist li paiens, « je les avrai esrant.
300— Tais toi, » che dist Elies, « trop me vas maneçant !

  1. — 280 le .v.