Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Des or s’en va Elye, li preus et li gentis,
Dameldieu reclama, qui onques ne menti :
175« Or me convient les maus et les paines soffrir ;
Mais, par cel saint apostle que quierent pelerin,
Mieus voil en autre tere tous jors estre caitis
Ja mais en la mon pere soie jor revertis. »
Toute jor chevalcha, que ne s’atarga nis
180Tant qu’il eust mangiet ne beut .i. petit.
Si con il chevalcoit, si regarde el chemin,
Si voit .i. messagier desous l’onbre d’un pin :
De .iii. lances navrés, malement fu baillis,
Sa cervele li saut par des(o)us les sorcis ;
185Et quant le voit Elies, cele part poignant vint,
Il l’en a apelé, belement li a dit :
« Amis, qui t’a che fait ? garde ne me mentir !
Orendroit maintenant en ert venjance pris. »
Quant l’entent li messages, si respont .i. petit :
190« Et toi qu’en caut, biaus frere, chevalier, biaus amis
Tele gent le m’ont fait, qu’esroient orains chi :
Ja t’aroit tous li pires craventé et ochis ;
Mais prent cel mien ceval, sor millor ne seis,
Et si t’en torne ariere, si pense del fuir.
195Par chi passeront ja .iiiim. Arabi :
Se de ceus peus estordre, Dieu aras a ami.
Dont je sui, tu le m’as demandé et enquis :
Je sui nés de Peitiers, fil le conte Amauri,
Julien de Saint Gille est mes germains cousin.
200Mes sire est a la court por son droit maintenir.
Je m’en alai en Franche droit au roi Loeys,
Lonc les puis de Monmartre, lés le cit de Paris ;
La se fist l’enperere coroner et servir.
En après cele joie .i. messagiers i vint,
205Qui li conta noveles et dist qu’en son pais
(c)Erent par forche entré paien et Sarrasin.

    — 177 tout