Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

.I. jor(s) estoit li quens en se sale perine,
U que il voit ses homes, si lor commenche a dire :
« Signor baron, » dist il, « li cors Dieu vous garisse !
Il a mout bien .c. ans mes armes portai primes,
15Ainc puis ne fis nul jor traison ne boisdie
Dont nus hon crestiens perdist onques la vie.
Sor sarrasine gent euc je tous jors envie :
Par de desous Biaulande en mi la praierie
En ochis je, signor, en .i. jor plus de quinse,
20Ja mais nen ert par moi, je quic, joste furnie
Ne nule enpointe faite ne lance sorbrandie.
Or refaiche autretel mes gentius fieus Elye :
Des or mais me convient reposer et bien vivre,
Bien boire et bien mangier, reposer a delivre.
25J‘ai encor ma mollier que je mout aim et prisse :
(b)Jou ai de lui .i. fil et une bele fille :
Amenés les moi [tost], ses verai mes enpires. »
Et il si firent lors, [la] en i corent quinse,
Les huis ont desfremés et les cambres ovrirent,
30Elye i ont trové et sa seror Olive :
Droit de devant lor pere les menerent et guient.

II[1]

Juliens se seoit ens el palais de marbre,
Tout entor lui sa gent et son barnage.
Il les a apelés comme preudon et sage :
35« Signor, » fait il, « li cors Dieu bien vos fache !
Bien a .c. ans premier portai mes armes,
Ne puis mais paine endurer de bataille.
De ma mollier que je mout pris en haste
Ai je .i. fil, Dameldé le me salve !
40Et une fille, Olive la bien faite ;

    — 17 tout