Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Godefrois les salue comme [uns] hons apensés :
« Cil Dameldé de gloire qui en crois fu penés
Saut Julien le conte et son rice barné,
2505Aymeri de Nerbone et tout son parenté,
De par son fil Elie, le gentil et le ber !
(d)Par moi vous mande tous, foi que vous lui devés,
Dedens Sorbrie esrant que vous le secorés.
Par dedens une tor l’a assis Macabrés :
2510N’i a que Rosamonde, sa fille o le vis cler,
Et Galopin aussi, qu’en Ardane fu nés. »
Quant Juliens l’entent, s’a de pitiet ploré,
A tere chiet pasmés, ne pot sor piés ester.
Beves de Comarchis, li gentieus et li ber,
2515Aymeris de Nerbone est cele part alés :
« Biaus sire, » dist li quens, « .i. petit m’entendés :
Or fera ge mes homes maintenant asambler ;
Si mandrai Loeys a Paris la chité
Et Rainewart ausi qui porte le tinel ;
2520L’archevesques i ert, cil de Rains la chité,
Et seront .xxxm. de la crestienté.
Dessi jusc’al sepulcre ne quier mès arester,
De la ferai mes grailles et mes tabors soner,
Et si diront encore Sarrasin et Escler
2525C’Aymeris est venus por paiens esfraer.
— Pere, » che dist Guillaumes, « grant a mois ne ferés. »
Trestous ses messagiers a li quens apelés ;
Il fait ses letres faire, s’a ses homes mandés,
De toute Franche a fait son barnage asanbler.
2530Illeuques fu Bernars et Hernaut l’aduré,
Bueves de Commarchis et Bertram li senés
Et Garin d’Anseune, (et) li caitis Aimers,
L’archevesque de Rains, quanque pot asambler.
Rois Loeys repaire de Paris la chité,
2535Et ot en sa compaigne Rainewart au tinel,

    — 2507 moi] foi, lui] mi