Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Li vasaus tint le branc qui a or fu letrés,
De pitiet a plouré, s’est forment gaimentés :
« Hé ! pere Julien, ja mais ne me verrés !
Ahi ! oncle Guillaume, je vous commanc a Dé ! »
2370Quant Galopins le vit, li preus et li senés,
Rosamonde la bele a congiet demandé ;
De la tor avala les marberins degrés,
En la bataille entra coureçous et irés,
En sa main le baston u tant a richetés,
2375Que les fees ovrerent en .i. ille de mer.
Lors peussiés veoir tant ruiste cop doner,
Tant brac, tan puing, [tant pié], tante teste voler
Et tant cheval cheoir, trebuchier et verser.
Bien i feri Elies del branc forbi letré,
2380Et Galopins aussi del grant baston quarré.
Hé ! Dieus, con grant damage ! ne poront afiner,
Car li nostre sont poi et Sarrasin plenté.
Karles Marteus le dist .i. jor en reprover,
Selonc que dist la letre : « La forche paist le pré. »
2385Quant Rosamonde les prist a regarder,
A genollons se mist la pucele al vis cler
Et a jointes ses mains, Dieu prist a apeler :
« Glorieus sire pere, qui te laissas pener
Et fesistes la lune et le solail lever,
2390Et les estoiles, les poissons en la mer,
Gardés ces crestiiens d’ochire et d’afoler.
Baptisier me ferai et en sains fons lever
Et trestoute ma loi ferai crestiener,
Puis penrai le baron, se me vieut espouser. »
2395Estes vous Galopin, le preu et le sené ;
La u il voit Elie, sel prent a apeler :
« Compains, » dist Galopin, « nes porons endurer.
Veés vous la les os ? pensons del cheminer.
(fol. 93)Car faites une cose que m’orés devisser,

    — 2377 cf. v. 2627