Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/126

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il li a demandé : « Qui vous fist che, dansele ?
Qui si vous a baillie mes amis ne veut estre. »
A tant es Galopin qui l’en dist la novele :
« Elyes, biaus dous sire, mout devés dolans estre :
2340Por vous l’a Caifas a tel honte detraite,
Et batue et ferue et le bouche desfaite.
Se tu ne l’en fais drois, ja ne tienges tu terre.
— Amis, et che ne fache ne place au roi celestre. »

LXVIII[1]

Or s’en torna Elies qu’a Saint Gille fu nés ;
2345Et tenoit son branc nu qui fu ensangle[n]tés.
L’arrabi a hurté des esperons dorés,
Tout droit en mi sa voie a Caifas trové :
.I. grant cop li dona, mout l’a bien asené,
Que les flors et les pieres fist de l’elme voler ;
2350La coife de l’auberc ne li pot contrester,
Enfressi el menton li fist le branc couler.
Elye estort son cop et li glous est versés,
Et li cors estendi, l’ame en porte[nt] malfé.
Amont a la fenestre ert li rois acoutés ;
2355Macabré de Sorbrie a ses gens apelés :
« Signor, » che dist li rois, « la ne porons durer
Ichou est Begibus qui nous a enchantés.
Car li corons tout sus, Sarrasin et Escler :
Trestous mes maltalens vous ert ja pardonés. »
2360Lors s’en ceurent as armes Sarrasin et Escler ;
Bien furent .xxxm. quant il furent armés,
Par mi le mestre porte s’en vont abandoner.
(d)Por l’amor Caifas qui jut en mi le pré
Sont issu de Sorbrie li quiver parjuré,
2365Et encauchent Elie qu’a Saint Gille fu nés.

  1. — 2344 torne