Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LXIV[1]

Quant ot li Sarrasins que il est crestiens,
Onques puis n’i ot resne ne tenu ne laissiet
(d)Il laisent par vertu randoner les destriers ;
2220Et Prinsaut l’Aragon lai[t] aler les .ii. piés.
Elyes faut a lui de la lanche qu’il tient :
.I. poi li mist trop haut desor l’elme vergié.
Et li paiens le fiert, ne l’a pas esparngiet,
Grant cop li a doné en l’escu de quartier,
2225Desor la bende a or li a fraint et brisié,
Le blanc auberc del dos desront et desmaillié ;
Par mi le flanc senestre li conduist son espiel,
Enpoin le par vertu, si l’abat del destrier.
Signor, n’est mie mors, mès il est mout bleciés.
2230Et Elies saut sus, qui le cors ot legier,
Si est saillis mout tost sor le corant destrier,
Il a prisse sa lance et l’escu de quartier,
Vait ferir le paien si grand cop esforchié
Que sa lanche pechoie, si l’abat del destrier.
2235Quant li paien le voient, mout en sont esmaié ;
Premerains a parlé Tornebrans et Turfier
Et Gontable d’Orlie et Garlans l’envoisié
Et autres [trois] avoec, qui firent a proissier.
Cis .vii. furent tout roi, les corones es ciés,
2240Et dist li un a l’autre : « Mal somes engingié :
Mors somes et vencu, si perdons Lubien :
Par Mahomet, signor, alomes li aidier. »
Et cil ont respondu : « De gré et volontiers. »
Il vestent les aubers, s’ont les elmes lachiés,
2245Et çaingent les espees a lor flans senestriers
Et monterent es seles des boins corans destriers

  1. — 2223 esparengiet — 2231 Ce vers est contredit par le v. 2252.