Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LXIII[1]

Or fu li ber Elye ens el pré contreval
Apoiés sor sa lance, bien resanble vasal.
2190Li Sarrasins le voit, vers lui en vait les saus :
« Cuiver, » dist Lubien, «  u preis mon cheval ?
Qui le te mist as mains onques jor ne t’ama ;
Che fist li petis leres qui ersoir le m’enbla.
Tervagant ! que nel soc ! il fust pendus a hart.
2195Or laisse cele jouste, si me rens mon cheval,
Si en vien avoec moi a la chit de Baudas,
Si seras de mes vins serjans et boutellas ;
.Iiiim. Sarrasins en ton fief en tenras.
J’ai une bele fille que tu espouseras,
2200S’a non Esclabonie, sossiel plus bele n’a,
Ne mais que Rosamonde, ne sai s’ele le vaut.
— Sarrasin, » dist Elies, « je n’ai soing de vo gas ;
Tu ne sés qui je sui, aparmain le sevras :
Sodoiers sui de Franche, dont cis rois m’amena,
2205Et fui pris desous Arle en l’estor communal.
.I. miens compains petis me dona ce ceval ;
Rosamonde la bele hui matin m’adouba,
Si me çaint ceste espee a mon lés de decha.
Se je te puis ochire, je sui rois de Baudas ;
2210De s’amor sui tous fis, certes n’i faillerai. »
Quant l’entent li paiens, par poi qu’il n’esraga :
« Es tu dont crestiens, c’a moi es venu cha ?
Je t’en jur Mahomet, qui cest siecle estora,
Je ne mengerai mès tant con tu vis seras. »
2215Et respondi Elies : « Iche ne sera ja.
Certes bien poroit estre, voire parolle i a. »

  1.