Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne sai de paienie u de crestienté ;
2125Et s’ele chou ne fait con vous ai devissé,
Lubien la donrai, le viel kenu barbé. »
Et respondent paien : « Mout avés bien parlé
Chou est li mieudres plès que i puissiés trover.
Jusc’a l’uis de la canbre en sont trestout alé
2130Et s’ont passé avant et s’ont l’anel crollé.
Rosamonde l’oi, s’a tost l’uis desfermé :
« Dame, » che dist Elies, « en la car vous tra(i)és ;
Veés [i]cel cheval qui mout est esgarés :
Si m’ait Dieus del ciel, jel criem mout d’afoler.
2135— Vasal, » dist la pucele, « alés a vostre Dé ;
Dieus garisse ton cors de mort et d’afoler. »
Il a laskiet le resne, lait le ceval aler,
Le gonfanon de soie lait al vent venteler,
Et li destriers li saut .xxx. piés messurés,
2140Que le fu et le flanbe fait del marbre voler.
Quant le voient paien, tout en sont esgaré,
Meismes l’amiraus en a .i. ris jeté :
« Mahon, je rai ma terre, bien t’ai servi a gré ;
C’est Elies de Franche li gentieus et li ber :
2145Chil fera la bataille, ja nen ert trestorné.

LXII[1]

— En la moie foi, sire, » dist la bele al cler vis,
(b)« Sor Mahon me jurastes, vous et vostre arabi,
Que il n’i aroit garde n’a l’aler n’al venir.
— Non avra il, ma fille, por voir le vous plevis. »
2150Il ovrirent la porte, si le laissent issir ;
Macabré de Sorbrie, et Jossés et Malpris
En montent el palais, regardent le meschin.
Rosamonde la bele va veir son ami ;

    — 2126 la] li