Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

.Iiii. jors se fist morte en son palais meesme,
1795Que onques ne crola [ne] puing ne pié ne membre ;
Puis en fist .i. vasaus toute sa consienche.
(d)Par le foi que vous doi, foie cose est de feme :
Certes con plus le garde donques le pert on senpre.

LII[1]

— Sire, » dist la puchele, « n’ai soing de ranproner ;
1800Gari vous ai des plaies, savoir m’en devés gré.
Feré vous la bataille, dites, u le lairés ?
Se vous vers Lubien me volés contrester,
Ja ançois ne verés Pentecouste passer,
Que vous quic de Sorbrie faire roi coroné.
1805— Dame, » che dist Elies, « car me laissiés ester.
Che n’est mie marchiet por l’argent deviser :
Je ne prendrai jor [feme] se ne croit en mon Dé ;
Mais, por l’amor des plaies dont vous gari m’avés,
Se vous cheval et armes me voliés doner,
1810Je m’en istroie fors por mon cors deporter
Encontre l’amiral dont je vous oi parler.
Quant partira de moi, se il osse joster,
Ja ne s’en gabera, se Dieus me vieut salver.

LIII[2]

Par mon cief, damoisele, » dist Elies de Franche,
1815« Chanpion avés boin por droit porter sa lanche.
N’a paien en Espaigne de si riche poissanche,
Se il vous a dit cose qui vous tort a pessanche,
Et jel puis encontré par le fer de ma lanche,
Quant il partra de moi, ja nen avra beubanche.

    — 1794 meisme

  1. — 1810 fors]fros