Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne poroie soufri la soie char flai[t]rie :
Mieus m’en fuiroie (f) voir, comme une autre caitive,
1740Ens en .i. autre tere a deul et a martire,
Que Lubien li fel a le barbe florie
Mon gent cors avenant eust en sa baillie.

XLIX[1]

En la moie foi, sire, » dist la bele al vis f[i]er,
« Caifas li miens freres, qui tant fait a prisier
1745Ne Jossé d’Alixandre ne Malpriant le fier
Encore n’ont il gaires Lubien essaiet,
Ne son grant vaselage prové ne acointié.
Par mon cors seulement vous i quidiés paier ;
Mais par icel Mahon qui tout a a baillier,
1750Iceste grant paor ne vous vaut .i. denier ;
Envers .i. autre afaire vous en quic commenchier.
Je manderai en Franche les barons chevaliers,
De[s] plus haus pers de France, qui servent por denier ;
Certes je vous ferai tous ces murs trebucier
1755Et toutes ces parois cheoir devant vos piés.
Ven[r]és avant, biaus pere, si me charrés as piés,
Et si me proierois et manaide et pitié.
Je quic avoir ains vespre .i. itel chevalier
Qui ert de paienie u [ert] de crestiens,
1760Qui fera la bataille encontre Lubien.

(c)En la moie foi, sire, » dist la bele al vis cler,
« Or me dites, biaus peres, par Mahomet no dé,
Se je vous pooie ore .i. tel home trover,

  1. — 1754 tout — 1756 chees as — 1757 proieroie