Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cil feist la bataille vers l’amiral el pré. »
Mais [il] est en la cambre, qui bien les oi cler.
L’amiraus en apele son canberlenc privé :
« Alés moi de sa cambre Rosamonde amener :
1610Orendroit li donrai, ja nen ert trestorné. »
Dient li lecheor : « Mout avés bien parlé ;
Chou est li mieudres plais que i puissons trover. »
Dusc’as huis de la cambre en est venus Josés,
Il est passés avant, si a l’anel crollé.
1615Rosamonde l’oi, s’a le duc apelé :
« Jentieus fieus a baron, ja serés afolé.
(c)Je quic qu’espié estes, cha dedens encussé :
Mes peres vous vieut faire tous les membres coper.
— Hé ! las, » che dist Elies, « que ne sui adoubés !
1620C’or nen ai en mon dos mon blanc auberc safré
Et laciet le vert elme, l’espee a mon costé,
Et li vairès d’Espaigne me fust chi aprestés !
Con vous me veriés ja de ruistes cos doner,
Et mon fier vaselage fierement esprover ! »
1625Et respont la pucele : « De folie parlés :
Par Dieu, de le bataille n’i avra mot soné,
Que paien ont grant force, tost seriés maté.
Et .i. hom vers .xxm. conment porait durer ?
— Ne sai, » che dist Elies ; « quel consel me donrés ? »
1630Et respont la pucele : « Consel avrés assés :
A enfant vous tenrai, se plus me demandés.
Vasal, en chele cambre laiens vous en entrés
Par cel guicet la jus que vous des ieus veés ;
La troverés .iii. lis de cristal tresjetés :
1635Li pavemens en est tous a fin or ovrés,
Les colombes d’ivoire, qui tienent les pilers,
Ains ne furent veues plus rices en chités.
.Iii. chevalier en coste i peuent bien aler
Tout lor lances levees, sor les destriers armés.
1640Trespassés les abarge[s] et gardins et fossés,
La verés vous les huis et le palais torner,