Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

XLVI[1]

Quant l’amiraus entent le raisson de Jossé,
Qu’il ne s’i combatra ne il n’i osse aler
Ne faire le bataille vers le Turc desfaé,
Malpriant apela : « Biaus amis, cha venés ;
1580Drus estes Rosamonde, nos le savons assés,
(b)Por la soie amistiet est vostre escus troués :
Vous en ferés bataille volentiers et de gré ;
Or porterés se manche en bataille campel.
Par itel convenant vous alés adouber
1585Et faites le bataille et che roi me matés,
Que ja mais li treus ne me soit demandés :
Je vous donrai ma fille Rosamonde al vis cler
Et trestoute la terre ensi con ele apert.
— Sire, » dist li paiens, « par Mahon, tort avés :
1590Par tans avrés le los al vilain rasoté
Que il hice son chien la u il n’ose aler,
Ains se tient a son huis et lait avant aler :
Il n’en chaut quel part tourt, puis c’a son huis fermé.
Si con vous estes sire de la terre clamés
1595Et rois et poestis, et les honors tenés,
Si rechevés les joustes et les estors campés,
Et soufrés les grans plaies et les cos endurés.
Mahomet me confonge qui tout a a saver
Se je monte en cheval por mes armes porter. »
1600Quant l’entent l’amiraus, le sens quide derver,
A sa vois qu’il ot clere commencha a crier :
« Fieus a putain, glouton, mout vous voi esgaré.
Autretel me feistes a l’issue des nés,
Quant laissastes Elye le François escaper.
1605Tervagant ! se l’eusse, bien me fust encontré :

  1. — 1593 p. court