Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.

le projet de la publication intégrale des chansons de geste, dans la collection des Anciens poëtes de la France, il songea à Doon de La Roche. Un romaniste allemand, Carl Sachs[1], fut chargé, en vue de cette publication, par Fortoul, alors Ministre de l’Instruction publique, d’une mission littéraire en Angleterre : il en rapporta, entre autres, une copie de Doon de La Roche, qui fut, tout porte à le croire, remise à Guessard, et une analyse du poème, que l’auteur publia en allemand, à Berlin, en 1857, avec d’autres travaux sur la littérature du moyen âge[2].

Dans le prospectus joint au volume des Anciens poëtes de la France qui parut en 1858 et qui contient Gui de Bourgogne, Otinel et Floovant, on annonce comme devant paraître : « Fiérabras par M. Kröber, Doon de La Roche, par M. le doct. Ch. Sachs ». — Dans le prospectus joint au volume qui contient Gaufrey et qui est daté du 1er octobre 1859, Doon de La Roche est indiqué comme devant être le 19e volume de la série ; C. Sachs n’est plus nommé comme éditeur. — En 1864, G. Paris écrivait : « … le roman de Doon de La Roche… qui prendra bientôt sa place dans la collection des Anciens poëtes de la France[3] » : l’œuvre n’avait toujours pas paru.

Guessard se méfiait, semble-t-il, de l’exactitude de la copie de Sachs ; il profita d’un voyage que fit en Angleterre M. G. Fagniez, alors élève de l’École des chartes, pour obtenir une révision du manuscrit. M. Fagniez

  1. Il fut plus tard, avec Césaire Villatte, auteur du grand Dictionnaire allemand-français et français-allemand.
  2. Beiträge zur Kunde alt-französischer, englischer und provenzalischer Literatur, aus französischen und englischen Bibliotheken, von C. Sachs, Berlin, Nicolai, 1857, in-8º. L’auteur donne, p. 2-10, l’analyse de Doon de La Roche, avec quelques remarques sur la langue du manuscrit.
  3. Bibliothèque de l’École des chartes, 5e série, V (1864), 105.