Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

niment une édition attendue depuis des années. Dans la partie du texte que nous avons eue à établir [1] nous avons par conséquent maintenu autant que possible l’orthographe adoptée par M. Meyer, notamment la distinction d’an et d’en, d’s et de z de issu de t + s. Certaines inconséquences étaient difficiles à éviter ; on voudra bien nous les pardonner [2]. — À partir du v. 118, M. Meyer n’avait pas cru utile de noter intégralement dans les variantes toutes les leçons corrigées dans le texte.

Dans l’édition d’un texte qui ne nous est parvenu, à 360 vers près, que dans un manuscrit unique, de date récente et plein de fautes, il fallait nécessairement avoir recours à la critique conjecturale : M. Meyer ne s’en était naturellement pas fait faute [3], et, d’autre part, M. Antoine Thomas a remédié par des émendations personnelles à des passages qui semblaient désespérés et à d’autres dont l’altération avait pu échapper à un lecteur moins attentif et moins familier avec notre ancienne langue. Nous n’avons pas cru nécessaire d’indiquer chaque fois le nom de l’auteur de l’émendation ; le lecteur voudra bien admettre que les meilleures conjectures sont de MM. Meyer et Thomas, les moins bonnes de l’auteur de ces lignes.

M. Meyer, en préparant une édition, songeait à tout : j’ai trouvé dans ses papiers, outre quelques notes pour l’Introduction, un embryon de Glossaire, et même des éléments pour l’Index des noms propres. Tout m’a été fort utile.

  1. Le texte établi par M. Meyer allait jusqu’au v. 3365.
  2. Pour la graphie, comme pour le fond du texte, on ne s’est pourtant pas astreint à un respect superstitieux du travail de M. Meyer. Il est évident que, s’il avait pu terminer l’édition lui-même, il aurait changé bien des choses sur épreuve. — Au moment de sa mort, 3 feuilles seulement étaient composées.
  3. M. Meyer avait indiqué des émendations en marge de sa copie ; ces indications m’ont été fort utiles pour la partie du texte qu’il n’avait pas établie.