Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

également habituelle. — À la fin de la laisse LXXXVI, on trouve deux assonances en o fermé (lion 2855 ; seror 2856), qui semblent difficiles à corriger. Ce n’est pas la seule irrégularité dans l’emploi de l’assonance qu’on rencontre dans la seconde partie du poème ; elles se multiplient vers la fin.

Assonances féminines.

A-e non nasalisé, deux laisses : CII et CXXII. — À côté d’a-e (sale, heretage, larme, etc.), on trouve dans ces laisses des assonances en ai-e (aigue, plaise, laisse, paile [lat. pallium], maistres) et en au-e (maubre, aube). Parmi les assonances en a-e, on peut remarquer la troisième personne du pluriel du prétérit, entrarent 3615. — Dans la laisse CXXII, povres 4317, doit être fautif.

A-e (e-e) nasalisé le plus souvent, six laisses XXXI, LIV, LXXI, LXXVI, LXXXIV, CXI. — On voit figurer dans ces laisses des mots comme lances 2334, lande 2493, adente 907, ensemble 908, enfes 1385, prennent 3887 etc., et aussi dame 900, fame [1] 1415, 2819, forsane 2498 ; puis Loereigne, Looraingne, 1402, 2816, compaignes 2333, chataigne 2508, et même maille 2506.

É-e, onze laisses : XV, XXIV, XLIX, LXXVII, LXXIX, LXXXVIII, CIV, CIX, CXVI, CXVIII, CXXVII. — Dans ces laisses, on ne trouve guère à relever que teles 3839, pluriel féminin de tel, et Pere (corrigé à tort en Piere dans le texte), 4101. Notons pourtant, aux vv. 4118 et 4163, le cas sujet emperere, employé en fonction de régime.

È-e, trois laisses : XXXIV, L, LXXIII. — Il n’y a à noter que la forme francienne duchesse 1323, un exemple d’e nasalisé dans gente 1326. et laissent 2370 (nous

  1. M. Meyer avait note que fame (toujours écrit fâme dans les manuscrits) et dame sont réunis sous la même assonance dans d’autres poèmes, par exemple dans Aye d’Avignon, éd. Guessard et Meyer, p. 45, 53, 59, etc.