Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

passage d’es initial à a [1]. La langue des fragments appartenant à M. Lelong présente, nous avons pu le constater, de grandes analogies avec celle du manuscrit de Londres ; pourtant elle n’offre pas une couleur dialectale aussi prononcée.

  1. Voir Lothringischer Psalter... herausgegeben von Friedrich Apfelstedt, Heilbronn, 1881, p. XVI et XIX de l’Introduction. — Aposer, pour esposer, doit être messin ; comp. aposelixe, pour esposalice, chez un chroniqueur de Metz, cité par Godefroy, v° aposelixe. — L’origine lorraine du manuscrit d’Orson de Beauvais, dont la langue, ainsi que nous l’avons constaté, présente tant d’analogies avec celle du manuscrit de Doon de La Roche, ne faisait aucun doute pour G. Paris (voir son Introduction, p. III et VII).