Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/271

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Pent l’escu a son col, le roit espié saisi[s]t,
En la rote se met o son nevou Landri.
Qui lors veïst paiens trabuch[i]er et morir
4390Et ces barons de France les guarnemens vestir
Et ces chevax isniax sur les seles saillir,
De molt grant vasselage li peüst sovenir.
En la rote se metent as compaignons Landri ;
Ainc paien n’encontrerent plus orguilox voisins,
4395Et escrïent « Monjoie ! mar passa[s]tes le Rin ! »
Il n’en estort .j. seul[s], s’il ne s’en puet foïr,
En crote ou en citerne ou en bove garir.
Qui le jour vout eschac, bien en ot a loisir :
(v°)Ce que li puet prendre ne menassent li .x.
4400Des mors ne des navrés ne sa[i] conte tenir,
Mais durement reclament Mahon et Apolin.
Autour de la bataille es vos poi[g]nant Landri,
Et ot frainte sa hante, trait ot le branc forbi,
L’espée fut vermoille, tant ot paiens ocis.
4405Ou que il voit son oncle, par la main le saisi,
Puis li dist fierement : « Dans rois, vous estes pris,
« Eh la cit de Coloigne en vanrez avec mi,
« Après vos m’escherra li tresor[s] de Paris. »
Et dist Pepin[s] de France : « Jel commant et otri,
4410« A mangier ne [a] boire n’avrai avant de ci. »
Du cheval ou il siet li est as piés chaïz ;
Et Landris l’en redresse, que ne le vot soffrir,
Trois fois s’entrebaiserent, car Diex le vot ainsi ;
Deci qu[e] a Coloi[g]ne ne prirent onque[s] fin.

    — 4388 se mete. — 4389 morir, ms. moris. — 4390 Et as b. — 4391 Et es c. — 4394 Ains paiens. — 4398 Que ; en fut a l. — 4400 s. cope t. — 4407 cit, ms. cité. — 4408 m’escherra, ms. mesnera ; li, ms. le. — 4409 Je le commande et o. — 4410 Auoit ne b. — 4412 vot, ms. voit. — 4413 c. Dieu.