Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/264

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il issent du mostier a ore de midi,
As fenestres de maubre se va li roi[s] seïr,
Par dever[s] Orïent voit .j. signe venir,
4205Par desous la fenestre en .j. vivier s’asi[s]t
Et fist tous les oiseax remüer et fremir.
Por la beauté du signe li membre de Landri,
Pitié le prist au cuer, si geta .j. sospir,
Et dist entre ses denz que nulz hom ne l’oï :
4210« En non Dieu, belle fille, au meillor ai failli
« Qui ainc manja[st] de pain ne ne beü[s]t de vin ;
« Hélas ! de son servise li a[i] molt mal meri ! »
Atant es Salmadrine, la fille au roi, qui vint,
.III. chevalier l’amoinent a .j. mantel d’ermin ;
4215Ja de plus bele fame n’or[r]a nulz hons latin ;
As piés l’empereor souz la fenestre sist.
« Fille », dist l’empereres, « que demandes, que dis ?
« Tout l’avoir de cest siecle puès en ton cuer choisir.
(f. 80)— Peres », dist la pucelle « dont me rendez Landri,
4220« Le demoisel de France qui roi Dorame prist
« Et m’afia par foi mariage a tenir
« Et aquita par force vo terre et vo païs.
« Certes, se je ne l’ai, molt aproche ma fin,
« Ja ne vera[i] la Pasque ne l’entrée d’avril ».
4225— Fille », dist l’empereres, « bien i poëz faillir :
« Je cuit bien qu’il ne soit ; morz ne puet revenir. »
Respondit la pucele : « Dont [n’]ait li roi[s] merci ;
« Puis que roi[s] son dit passe, ne doit son fié tenir. »
— Non voir, » dist l’empereres, « se le puet acomplir. »
4230Li rois en apela son messagier Malprin :
« Tu t’en iras en France, à Rains ou a Paris,

    — 4203 Au f. ; ce vait le r. s. — 4205 fenestre, ms. f’te. — 4207 li remembre de L. — 4209 ces d. — 4210 belle fille, sic ms. ; altéré ? — 4211 ainc, ms. ains. — 4213 r. ou v. — 4214 m. esterni. — 4216 Au p. l’e. s. la forme s’asist. — 4218 Tous. — 4222 vos terres et vos p. — 4223 se ms. ce. — 4226 Je cuide b. qui ne s. — 4227 ait, ms. out. — 4228 fiés t. — 4229 l’emperieres ; se ms. ci.