Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

4120« Que je tiengne de vous une sole denrée.
« Par le present Tomile faillistes vos ma mere,
« Moi fut bien vostre porte [et] vostre aide veé[e] ».
Quant l’entendi Pepin[s], s’a la coulor muée.
« Garçon[s] », ce dist Pepins, « laisse ester ta posnée ;
4125« Encor n’eüsse[s] tu onques [d’]avoir denrée ;
« Mais je conquis Sasoingne au tranchant de m’espée
« Et ocis Carsadoine et Justamont son frere,
« Dont chascun an me vient li avoirs a charée,
« Dont France est maintenue et ma court honorée
4130« Et la loi crestïene essaucie et montée.
— Sire », ce dist Landris, « trop par estes vanteres ;
« Plus avrai je de vous, se longues ai durée ».

CXVII[1]

Entre li niés et l’oncles sunt au palais par ire ;
Landris l’en apella qui molt le contralie :
4135« Certes, orguillous roi[s], ce fut molt grant folie
« Et tort et pechiéz grans quant vo seror faillistes
« Et vo nevou petit por l’avoir le traït[r]e ;
« Encor avrez .j. jour gent soffret[e] d’aïe ;
(v°)« Se je vouloie France, el me seroit g[u]erpie,
4140« Ja vous ne voz moillier n’i avroiz seignorie.
« En non Dieu, petis roi[s], je n’en prendroie mie,
« Ains servirai le roi cui j’ai ma foi plevie,
« Si me donra s’enor, se Dieu plest, et sa fille,
« Et je penrai par force tous les po[r]z de Hongrie,
4145« Certe[s], n’a millour tere tant com li monz tornie ;

    — 4121 faillit v. ma m. Cf. plus haut v. 617 et suiv. et plus bas v. 4136. — 4124 ta ponnée. — 4126 c. Salsoigne. — 4127 Et occis Lazadoine et Justemont s. f. — 4131 trope p. — 4132 v. ce longe.

  1. — 4133 Entres. — 4136 q. vos serors falittes. — 4137 voz n. p. que l’a. en t. — 4139 elle me. — 4140 avroit s. — 4141 E n. de D. ; je — mie, sic ms., corr. ja n’en prendrai je mie (?). — 4142 cui, ms. que. — 4145 m. teres.