Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CX[1]

Malingres vit son pere, bien congnuit ses ados,
La riche congnois[anc]e, l’oriflanbe au dragon,
Et va ferir son pere par sa grant traïson ;
Et li dus ferit lui en guise de baron,
3860De l’escu de son col li fendi le blason,
Et lui et le cheval abati en .j. mont.
Li dus a trait l’espée, si repaire au baron,
Ja’n eüst pris la teste par dessus le menton,
Quant Malingres escrie : « Pere, que faites vos ?
3865« Hé ! ber, je sui vos filz de vo feme Audegour,
« Et niés le ber Tomile et le conte Griffon ;
« Onques de tel lignage ne fu néz certes hons ».
— Non voir », ce dist li dus, « pour faire traïson.
« Damediex me confonde se ja avez pardon,
3870« Que ne vos pende as forches de costé le gloton. »
Par le nasel du heaume le rendi a Oton,
Amauri de Coloigne et son frere Symon ;
Et cil le gardent bien a .xv. compagnons.

CXI[2]

(v°)Or sont li ost au duc es prés desous Maiance,
3875Li viés est ou palais, cui Diex dont meses[t]ance !
De son nevo li poise, qu’il ot jugier a pendre :
« Haï ! beaus niés Malingre, mar fut vostre jovente.
« Que fera vostre mere, Audegour la dolente,
« Et Hardrés d’Autefeulle et Helies li enfes ?

  1. — 3856 c. ces ades. — 3857 l’oliflanble le d. — 3858 grande t. — 3859 au g. — 3865 Hé bers ; vos fe. — 3866 le bers T. et li c. G. — 3869 se, ms. ce. — 3872 Amarri.
  2. — 3874 s. les oz. — 3875 on p. — 3876 oie j. — 3878 Qui. — 3879 Ce vers paraît singulier, Hardré et Hélie étant morts tous les deux.