Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/249

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La merci Damedieu, ne le pot pas tochier ;
Et li ber ferit lui, ne le vot espargnier,
Amont, desur la face, parmi le henepier,
Qu’il li tranche l’oreille et des denz la moitié,
3805Le cheval desouz lui a fait agenoillier.
Li traït[t]re trabuche, delez son frere chiet,
Au fil Doon escrie et merci et pitié.
« Pour Dieu, merci », fait il, « frans hons, ne m’ocïez,
« Mon cors pouez vous vendre .j. mui d’argent [entier].
3810— Diva ! » a dit Landris, « ja [n’]en avrai denier. »
Son cheval lui remoine, sus le fait ancroier,
Par de dessous le ventre li lie les .ij. piéz,
Son oisel rapela, qui sus .j. a[r]bre siet,
En l’ost le duc son pere s’est tantost repairie[z].
3815Li dus Do vat encontre, molt s’en est merveillie[z],
Car il l’a quis en l’ost, en la coue et ou chief.
« Beaus filz ! » ce dist li dus « qui est ci[l] prisonie[r]s ?
— A la moie foi, sire, Hardris ci[st] losengiers,
« Filz Griffon d’Autefeulle, le chenu et le viel ;
3820« Mort li a[i] .j. sien frere, si l’ai tout soul laissié ;
« Cestu[i] voz amena[i], qui a vo part affiert. »
(v°)— Certes », ce dist li dus, « [a] mervoille l’ai chier,
« Car il est du linage qui vos volt essilier. »
Tant cheva[u]che li dus qu[e] a Maiance vient ;
3825Es prés davant la ville s’est tendus et logiés,
Puis[si] a fait les forches sus .j. haut pui drecier,
Hardré i ont pendu garçon et escuier,
Que si parent le voient des murs et des clochiers.
Dont oïssiez Tomile plorer et larmoier,
3830Molt forment se demente et Malingres ses niés :
« Haï ! tant mar i fustes, nobiles chevaliers ! »

    — 3802 li bers. — 3803 A. desour ; p. le henapies. — 3804 Qui li. — 3810 Dija. — 3813 q. desus. — 3820 t. s. laissiés. — 3821 voz pert a. — 3825 cest t. — 3826 pui, ms. pin. — 3828 Qui ces parans. — 3830 ce d. ; ces n.