Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant l’entendit Landri[s], de mal talant s’aïre
Et dit li filz au duc : « Molt tres grant pechié dites
« Quant vous pour .j. oisel me jugiéz a ocire,
« Dite[s] moi qui vos estes, ne le me celez mie ».
3755Et respondit Hardrez : « Nevou somes Tomile,
« Fil Griffon d’Autefeulle, qui Sorable jostise,
« De sa part chalongons le vivier et le cine ».
— Certes », ce dist Landris, « or ne m’amervoi[l] mie
« Se vos estes felon et plain [d’orgueil et] d’ire ;
3760« C’onque[s] vostre lignage ne fut sans felonnie.
— Fils a putain, felon, li miens cors vos deffie,
« Se Damediex n’en pense, molt a fa[i]t grant folie,
« Quant .j. hons desarmés .ij. chevaliers deffie. »
Il a traite l’espée d’acier vert et brunie,
3765Et broche le mulet, sur les estriers s’afiche,
Et va ferir Hardré par orgueil et par ire.
Li glous li atendi sa grant hante fraisnine,
Qui li trancha le ploi de son mantel [d’]hermine ;
(v°)En sa char le navra par davant sa poitrine.
3770Damediex le gari, que mort nel feri mie ;
Li mulès desous lui chaï d’encombrier.
Landris resaut en piés, trait l’espée forbie,
De la honte qu’il a la face li pailie,
Davant lui voit la mule, si [li] commence a dire :
3775« Ha[ï] ! mule d’Espaigne, Damedieu[s] te maudie !
« Diex confunde la tere ou vous fust[es] norie ;
« Molt fait li hons que fox qui en asne se fie ! »
Il a traite l’espée, si li cope l’eschine.

    — 3752 g. pechiés d. — 3756 Filz. — 3758 e. felons — 3761 Faut-il admettre un vers perdu annonçant la réponse de Hardré ? — 3764 vert, sic ms., altéré ? — 3767 li atandi sa g. h. frazine — 3770 m. ne le f. — 3771 altéré ; corr. La mule d. l. chiét d’e. [sovine] (?) — 3775 H. mules. — 3777 M. faite ; a. ce fient.