Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je ai esté maint jor en peine et en torment. »
Quant l’entendi li maire, devant ses piés s’estent,
De la joie qu’il a toz li cors li resplent,
3455Vint fois li [a] baisé la jambe voirement,
Et sa femme et si fil le baisent doucement.
Dont demanda novelle de sa femme Olivant.
— A la moie foi, sire, ja l’orrés aparmant :
« Ele a prise La Roche, s’est entrée dedens,
3460« Chacié en a Tomile et lui et ses parens,
« Et Audegour sa fille est cheüe en torment. »
Quant l’entendi li dus, molt en devint joians.

Grant joie en ot li maire, quant conut son seignor ;
Qui veïst le barnage que si .ij. fil li font
3465Et li pere et la mere, ains hons ne vit graignor.
Li enfant li baiserent les piés et les genous,
Et la dame et li maire le vis et le ma[n]ton.
(f. 66)Dont demanda novele de sa femme Audegour.
« Sire », li dist li maire, « dont ne me creez vos ?
3470« Olive l’a en chartre avalée en parfont,
« Des maus que li a fait li rendra guerredon,
« Par l’effort de l’evesque ; Diex li otroit pardon !
« Tomiles et Malingre droit a Maiance sont
« Et lor felon[s] lignage[s], dont .iiijxx. [i] sont ;
3475« La escillent la terre entor et environ ;
« Cil Sire les confonde qui sofri passion ! »
Et respondi li dus : « Nos les departiron,

    — 3452 mains j. — 3453 ces p. — 3456 li b. — 3457 sa f. Olive — 3458 l’o. a parmant (en deux mots). — 3460 ses, ms. ces — 3462 d. joieulx

  1. — 3464 ces .ij. fils — 3466 Li enfes — 3467 maire, ms. maistre. — 3470 en la ch. — 3471 que, ms. qui — 3472 otroit, ms. ottroie. — 3474 felonc l., sont, sic ms., corr. [en] ont (?)