Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le feu fait alumer Arembour et Bertain ;
Les .ij. filles la dame alument a .j. plain,
3425Veullent ou non, lor tollent les bordons de lor main,
Deus manteaus lor afublent, qui ne sont pas vilain,
Forré furent de gris, covert d’un drap [d’]estain,
Qui fut ouvrés en Inde, en .j. païs lointain ;
Assez [i] orent pomes [et] poires et parmain[s]
3430Et .j. hanap de madre, qui d’isopé fu plain.
Bien fut servi[s] li dus, de folie se plaint ;
Joffrois doute son oncle, que mais ne les pormaint,
Du froit qu’il a soffert a son visaige taint :
« L’estre dehors, beaus oncle[s], certes n’est mie sains ;
3435« Laissiez vostre folie, bien pouez faire a mains,
« Damedieus me confonde se sui plus vo compains ! »
Quant l’entendi li dus, parmi les flans l’estreint.
Atant es vous Bernart, de molt grant ire plein,
Vestu d’un peliçon, .j. baston en sa main,
3440(v°)Et regarde le duc as lon[s] doiz et as mains,
Et ot ou poing .j. seing, [qui] de vermeil [fu] teins,
Qu’aporta de sa mere, quant nasqui primerains ;
Ains ne le pot laver eve chaulde ne bains
Ne onque[s] por nul basme nen i pot avoir meins.
3445Quant il choisi la tache, dont fu il bien certain[s]
Que c’est Do de la Roche, li mari[s] Olivain.
— Sire, par le bapteme, par coi Dieu[s] vos destreint,
« Dite[s] moi qui vos estes, que je soie certains,
« Car por mon seignor lige t’esgart et entreprains.

XCIX[1]

3450— Certes », ce dist li dus, « jel dirai voirement :
« Je sui Do de la Roche, sachiez a escïent ;

    — 3423 A. a B. — 3426 qui, ms. ci — 3430 Et, ms. En ; qui, ms. que — 3434 Lestres — 3441 .j. soing de vemoille taint — 3444 basme, ms. blasme — 3446 li ms. le

  1. — 3450 je le d.