Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3290Car d’espie [Tomile] se soingne, dote et crient ;
Au maufé les commande et a vif aversier ;
Son baron le va dire et a ses filz noncier.

XCV[1]

La dame ist de sa chambre, si entre en sa maison,
Par les maistres degrez en monta contremont ;
3295Quant la vit li frans maire, si l’a mis[e] a raison :
« Dit[es] moi, bele dame, vo pelerin que font ?
« Arsoir les hauberjastes ou je vousisse ou non,
« Por mon droit seignor lige vos en dona[i] le don.
— A la moie foi, sire, je n’e[n] sai se mal non ;
3300« Plus sont de fier coraige et hardi com lion.
« No vitaille et nos tables ont boté en .j. mont,
« Or en tienent lor feste et braichot et waignon ;
« Damediex me confonde se ce pelerin sont !
(f. 63)« Je cuit que sont espies Malingre et Audegour
3305« Qui nostre avoir espïent e no riche maison ;
« A tart vos vendra mais li secor[s] de Doon.
« Certes, li dux est morz, ou il gist en prison ».
Quant l’entent li frans maire, molt pensa a baston,
Ses .ij. filz en apele, Gilebert et Simon :
3310« Alons ou sosterrin por veoir les glotons,
« Se il ne sevent rendre escondit ou raison,
« Damediex me confonde se il mal ostel [n’]ont !
« Ja por lor dos bien batre mar iront a Soissons.
— Sire », dient si fil, « nos irons avec vos,
3315« Mais, se Deu plai[s]t de gloire, ja ne le penserons,
« Quant vos les hauberjastes, nul mal ne lor ferons

    — 3290 crient, ms. craint.

  1. — 3293 sa ch., corr. la ch. (?) — 3295 vit, ms. vint. — 3296 q. f. il. — 3302 braichot, ms. broiches ; cf. v. 3277. — 3304 Je cuide que ce sont e. — 3305 Qu’en. — 3308 baston, ms. baron, cf. v. 3322. — 3310 ou sorterrin. — 3314 d. ces filz. — 3315 se, ms. ce.