Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et voit de totes parz son avoir repairier,
Entrer enz en ces parz et berbis et bergiers,
Et gesir en ces loiges et ma[s]tins et levriers,
3205Et ces buès et ces vaiches dont il i a miliers.
Gillebert en apele, son ainné fil premier :
« Biax filz, pleüst a Deu, qui tot puet jostisier,
« Que de cest grant avoir fust venduz la moitiez,
« Si tenist Do mes sires l’argent et les deni[e]rs.
3210« Je redot molt Tomile que ne l’ait espïé.
— Sire », li enfant dïent, « molt en serïens lié ;
« Bien nos garirïens et lui avroit mestier. »
A icestes paroles ez le duc ou il vient
Et son nevou Jofroi, les bordons enpoigniez ;
3215Bien [re]connuit Bernart, qui sor le perron siet ;
Quant il le voit en vie, joianz en fu et liez,
Damedeu en aore, le glorios dou ciel ;
Son nevou en apele, si li a consoillié :
« Biax niés », ce dist li dus, « ce est mes moitoiers ;
3220« Certes, molt est prodons por son seignor aidier.
« Mais ce ne sai je mie s’a Malingre se tient.
« Je me voudrai enuit avec lui haubergier,
(v°)« De diz et de paroles le voudrai essaier.
— Sire », ce dist li enfes, « com vos plaira si [i]ert ».
3225Li dux Doz se leva, qui molt fu ensoigniez :
« Dex te saut ! gentis hons, es prevoz ou voiers ?
« Le seignor de ceanz sés me tu ensoignier ?
— Oïl », ce dist Bernars, « que li proz en est miens,
« Si me claiment seignor mi fil et ma moillier.
3230— Amis », ce dist li dux, « Dex en soit gracïez.
« Faites nos enuit mais avec vos haubergier,
« Por amor Deu de gloire nos donez a mangier ».

    — 3203 en, ms. es. — 3210 L redoz. — 3211 L S. dient li enfant. — 3216 joianz, ms. joieulx. — 3220 son, ms. ces. — 3225 L en soignier (en deux mots). — 3231 Le ms. omet mais ; avec, L. o, ms. ou. — 3232 L. maingier ; de même vv. 3273, 3276, etc.