Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mais il nel conut mie, si en fu plus dolenz ;
2630.VII. anz et .iiij. mois i sofri le torment.
Cil qui le prist par force le regreta sovent
Et Olive sa mere dont novele n’entent.
Par la terre Alixandre fist Landris son talent,
Li rois ot une fille qui molt ot le cors gent ;
2635De l’amistié Landri se desdu[i]t et esprent,
Son servise li offre par sa boche sovent.
Mais li vallez fu sage[s] [et preuz] et de bon sens :
Ne feïst le roi honte por or ne por argent ;
De sa mere et del duc li remembre sovent.

LXXXI[1]

2640(v°)Landris qui fu de France ama molt Salmadrine ;
Se li rois li dona[st], volentiers l’eüst prise.
.I. nuit fu li enfes a mesnie escherie,
O ses .v. compaignons de France la garnie :
Por l’amor de l’enfant ont lor terres guerpie[s].
2645De la honte li membre que li a fait Tomiles ;
Li ber plore des ieus et de son cuer sospire.
Dit Guinemanz ses maistres : « Que nos demandez, sire ?
— Baron, » ce dit li enfes, « je ai au cuer grant ire :
« Tomiles a ma mere vergondée et honie
2650« Et del duc d’Alemaigne desevrée et partie,
« Et quant je sui chaitis et ma mere chaitive,
« Li dus est hors de France, ja ne le verrai mie,
« Et ma mere, la lasse ! estranglée et murtrie,
« Et Pepins m’a failli : ja n’e[n] avrai aïe ;
2655« Et li malvais lignage[s] a ma terre saisie :
« Perduz ai les honor[s] de Gormaise et d’Espire,

    — 2629 il ne le, fut le p. — 2635 a. de L. — 2637 saige et de b. sanc. — 2638 f. li r.

  1. — 2642 miennie. — 2645 qui li. — 2646 de ces i. — 2647 maistres, ms. mãuuẽs ; cf. v. 2659. — 2650 det, ms. des.