Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/189

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tomiles est levez, quant Malingres l’argüe,
2180Et montent es chevaus, par la terre corurent,
De l’un chastel a l’autre, por secors et ai[u]e ;
Cil gentil chevalier lor afïent et jurent
Que ja Do ne tendra chastel ne teneüre.
Ou repairier sont mis, molt font malaventure :
2185Dans Do tint en son poing .j. ostor de .v. mues,
Aler doit en riviere por le sien cors desduire ;
Et li cuens i ala ; .j. grant piece i furent,
Et mena .iiij. contes de molt grant teneüre ;
Et quant il se repaire, s’a Coloigne perdue.
2190Cil gentil chevalier li escrïent et huchent
Et dames et puceles de soliers et de rues :
« Alez vos en, dans Do, en Calabre ou en Pu[i]lle,
« Que ja en Loereingne ne tenrez ma[i]s tenue ».

LXIV[1]

Or est Do de La Roche corociez et irez :
2195Les portes sont fermées, ne pot dedans entrer.
S’a Malingre son fil et Tomile apelez :
« Di va ! ovre la porte, la[i] moi leanz entrer.
« Se de riens t’ai mesfait, près sui de l’amender ».
Et cil li respondirent : « Certes, n’i entre[re]z.
2200« Par la foi que doi Dieu, mais n’i sejornerez :
« Après vostre putain vos convendra aler,
« Et querez tel conseil que soiez racordez,
« Que ja de Loereingne ne tenrez herité ».
Do li dus respondi[s]t : « Dans gloz, vos i mentez :
2205(v°)« El ne fu onques pute, jel sai de verité.
« Mais encui ve[r]rai je, voirement De[us] le set,
« Que a mauvais lignage sui du tout asemblez. »

    — 2180 a ch. — 2183 Do] D. — 2186 p. son c. d.

  1. — 2195 furent f. — 2203 de Orroine ne ; herités. — 2205 je le s. — 2206 v. De le s. — 2207 au m. l.