Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tantost demande l’aigue, s’assirent au soper :
Molt i ot venoison [et] vins viez et clarez,
S’orent grues et gantes et paons empevrez,
2105Isopé, bogu[e]rastre, piment et eluné.
Quant il orent mengié et beü a plenté,
Si chantent et violent et rotent li jugler ;
Cele nuit ont grant joie a loisir demené ;
Et li lit furent fait, si sont couchier alé.

LX[1]

2110Or lairommes de ces qui sont bien aaisié,
Quant tens [et lius] en iert bien savrons repairier ;
Si vos dirai du duc, de son grant encombrier :
Tant a norri Malingre qu’il le fist ch[eval]ier,
C’est li filz Audegour, cui Dieus dont encombrier.

LXI[2]

2115En meïsme cel jor que dans Do l’Alemans
Ot adobé Malingre, ne l’ama il noiant.
L’endemain par matin fu si ses malvoillanz
Que l’ala par haïne toz tens contralianz :
« Adoubez sui, beaus sire, merci Dieu le poissant !
2120« Or se gardent tuit cil cui je suis mal voillanz !
(f. 41)« Dame Olive de France ne voil pas que se vant
« Qu’elle soit conreée dès cest jor en avant
« De totes celes terres qu’a vos sont apendant ».
Quant l’entendi li dus, a po ne pert le sen :

    — 2104 gantes, ms. gentes. — 2105 elimé. — 2108 demener. — 2109 fait, ms. fais.

  1. — 2110 b. et aisié. — 2113 chevalier, ms. chier.
  2. — 2118 Et. — 2121 vant, ms. vante. — 2122 conreée, ms. courecee. — 2123 t. celle tere ; v. soit a.