Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Par le mien escïent, encui le compar[r]ez, »
Remonta a cheval, n’osa plus demorer ;
1800(f. 35)Et li .ij. messagier s’en retornent arier,
Deci qu’a l’arcevesque ne [se] vont arester.
Quant li sainz hom les vit, s’a Gautier apelé :
« Qu’est ço, sire Gautiers, que vos avez trové ?
« Que me mande Tomiles ? garde ne me celer.
1805« Ravrai je les chevaus ou ses a refusez ?
— Sire », ce dist Gautiers, « ja ’n orrez verité :
« Les chevaus ne rendront por quanque vos avez,
« Ainz [vos] mande Malingres faites vos huis fermer,
« Car il n’a nule cure de vo messe escoter.
1810« Certes, ne l’orra mès, ainz passera estez.
— Dehait cui [il] en chaut, ! » dit l’arcevesque[s] ber ;
« Oiez, seignor borjois ; alez vos adober ! »
Et cil li respondirent : « Si ert com vos voldrez. »
Li borjois de la vile se corurent armer
1815Et vestent les hauberz, lacent hiaumes gemez,
Et ceignent les espées as senestres costez
Et montent es chevaus couranz et abrivez
Et furent .ix. mil[lier] quant furent adoubé.
Font soner la bancloche et les grailes soner,
1820[Si qu’] en molt petit d’eure se furent asemblé ;
Et Gontiaumes li ost[es] s’est tous coranz armez :
Il vestit son hauberc, s’a son hiaume fermé
Et a ceinte l’espée au senestre costé,
Et a pris a son col .j. fort escu boclé,
1825Et monte en .j. cheval corant et abrivé ;
La coverture en fu d’un brun paile roé ;

    — 1798 encui, ou encor (?) ms. engu avec un signe d’abréviation sur la dernière syllabe. — 1802 les vit, ms. le sens ; on pourrait proposer le sot. — 1803 Qui est ce ; que avés vous. — 1805 ces a. — 1807 ne vous r. — 1811 Dieu ait c. — 1813 ert, ms. est. — 1816 senestiers c. — 1818 Et sont .ix. mil q. — 1819 les bancloiche. Peut-être faut-il substituer à soner (dans le premier cas) un autre verbe, par exemple, tentir ? — 1822 h. fermer.