Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Tomiles et Malingre ont saint Pierre robé
« Et tolu .ij. chevaus, ne le vuel pas celer.
« Si vos ren je la croce, ne [la] vuel plus porter. »
1740« Et dient li borjois : « Il dit bien verité.
« Tomiles est traïtres, nos le savons assez.
« Ainsi a il Landri de cest païs geté ;
« Niés est le roi de France, dont sommes parjuré. »
Li messaige l’entendent ; grant joie en ont mené ;
1745L’uns vers l’autre s’en rïent coiement a celé :
(f. 34)« Par les sains Dieu, compains, bien nos est encontré.
« Landris est niés le roi, jou sai de verité ;
« Ja ne querons en France plus avant [a] aler.
Lors dïent li borjois : « Envers nos entendez :
1750« Sire sainz arcevesques, por sainte charité,
« Car mandez a Tomile, sans plus de demorer,
« Qu’il rende les chevaus ; n’en soit .j. refusez.
« Et, s’il ne le vuet faire, par sainte majesté,
« Nos les assaurons sempres volentiers et de gré.
1755« S’entrestoute Coloigne les poomes trover,
« Les membres et les testes lor ferïens coper ;
« S’issent fors de Coloigne li cuvert naturel.
— Hé ! Diex, » dist l’arcevesque, « qui i porroit aler ? »
La ot .j. chevalier[s], de Monlaon fu nez ;
1760Cil ot Gautier a nom, qui fu proz et senez,
Cosins germains Doon et de son parenté.
Quant le vit l’arcevesque, si l’en a apelé :
« Hé ! beaus amis Gautiers, por Dieu, car i alez ;
« Si dites a Tomile, gardez ne li celez,
1765« Qu’il rende les chevaus, n’en soit .j. trestornez ;
« Et, se il nou vuelt faire, par sainte charité,
« Nos l’assauromes sempres volentiers et de gré.

    — 1738 nou v. — 1742 ait il. — 1745 Li .j. v. ; et c. — 1748 querrons. — 1753 Et se il ; on pourrait proposer Et se il nel v. — 1756 lor, ms. li ; si l’on veut conserver li, il faut corriger les testes en la teste. — 1757 Silsont f. Cf. 1784-5 — 1767 N. la sauro mes.