Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Li niés le roi de France, li damoisiaus honestes,
Molt par avint granz dues, a cel jor, en la terre.
Molt ploroient ces dames, chevalier et puceles,
1305Et Olive se pasme et sa crine eschevele,
Et dus Do en fait tant, par poi qu’il ne se desve.
Va s’en li gentiz enfes cui Deus gardoit de perde ;
Asson et Guinemant en mena, qui le servent.
Il sont venu au Liege ; cele nuit i herbergent ;
1310Il manda les borjois que aïde li facent.
« Ne vos aiderons ja, sire, jovente bele :
« Li putaiges vo mere a honie la terre. »
Com or le voit Landris, a po que il ne desve.
— Par Deu, » ce dist li enfes, « le verai roi celestre !
1315« Se je ja tant puis vivre qu’armes puisse reçoivre,
« Je vos torrai les vies, les membres et les testes. »
Remontent es chevaus, que n’i osent plus estre ;
De ci que a Paris ne finent ne ne cessent.
A Paris sont venu par lor jornées beles :
1320La nuit sont descendu chiez .j. borjois, Auterme
Et cil en va conter a Pepin les noveles :
« .I. vostre niés, Landris, est venuz en voz terres,
(f. 26)« Qui est fils dame Olive, vo seror, la duchesse.
« Mielz resemble Doon que nule riens en terre. »
1325Tuit i corrent la gent ; forment i a grant presse
Por veoir le valet, que la persone est gente.
Quant l’entendit li rois, a pou d’ire ne desve ;
Il dist une parole dont li autre s’esperdent :
« Fermez me tost les portes, que ne soient overtes. »
1330Quant cele parole oient, ne lor fu mie bele.

    — 1305 D’après L. ; ms. et escrine et eschevoille (L. eschevole). — 1306 Ms. Et li duc D. tant en f. a p. que ne ce d. — 1307 D’après L. ; ms. garde de perdre. — 1310 facent sic L., ms. faice. — 1315 ja manque dans le ms. ; reçoivre, sic ms. et L. — 1317 Ms. a ch. — 1320 Les deux textes portent Aterme, mais cf. v. 1355. — 1324 Ms. r. a. D. — 1325 Ce vers est le dernier du premier des deux feuillets L. — 1329 qu’elle nes.