Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1260Il l’en a apelée ; si li a pris a dire :
« Demain m’en irai, dame, ainçois l’ore de prime.
« N’i os mès demorer, bele mere, douce amie,
« Car ma mort ont jurée Tomiles et Malingres,
« Et ma male marastre, cui Jesus maleïe. »
1265Quant l’entent la duchesse, si plore et sospire :
.IIII. foiz se pasma, ne s’en pot tenir mie.

XLVI[1]

— « Je m’en irai, ma dame, » dist Landris, « voirement,
« Ne lairai que Pepin .j. secors ne demant,
« Et s’il ne me retient, n’es[t] pas droiz que vo[s] ment,
1270(f. 25)« Du païs m’en irai, par le mien escïent :
« De ci qu’en paiennie ne tarderai nïent.
« En cel vergier plantai .j. douz aubre l’autre an ;
« Mere, ja le me dist .j. sages clers lisanz,
« Proz et escïentros et dou siecle sachanz,
1275« Qu’entre mon aubre [et mi] morrïens en .j. an.
« Tant com vos le verrez vert, foilli et portant,
« Tant ratendez noveles de Landri vostre enfant :
« Tote voie venrai, ne sai demorer tant.
« Et puis que le verrez et sec et secheant,
1280« Ja ne me verrez mais en trestot vo vivant. »
Quant l’entendi Olive, a pou ne pert le sens ;
Quatre foiz se pasma por Landri son enfant.

XLVII[2]

« Tu t’en iras, biaus filz, a Paris a ton oncle ;

    — 1260 a d., sic m., L. au d. — 1262 Les deux textes N’i ois. — 1263 Sic dans les deux textes. Vers trop long, corr. ma m. (?)

  1. — 1269 Les deux textes ont nes, vo. — 1274 L. assiantrous, ms. essciantiouz. — 1275 Même lacune dans les deux textes. — 1277 Ce vers est omis dans le ms. — 1278 Ms. nesca (= ne sça[i]).
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XLVII