Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Voir, nule riens en terre ne par aime je tant ;
« Mais retornez arrieres tost et isnelement.
— Sire, » ce dist li enfes, « tot a vostre commant. »
Il retornerent tost li chevalier vaillant
1185Et vindrent a Coloigne, la cité qui est granz,
Puis i estut Landris encores demi an,
Dont doit avoir la mort s’il est jamais fianz
(v°)Le traïtor Tomile ne a toz ses parenz.

XLIII[1]

Quant Landris est entrez en ce jor en la vile,
1190Li dus et li princier en ont les trives prises ;
Trés bien les a jurées Tomiles et Malingres
Et la male marastre, qui molt ne l’ama mie,
Audegour la cuverte, cui Jesus maleïe.
De ce jor en .v. anz i fu mis li termines.
1195Puis i estut Landris demi an en la vile
Por esgarder Tomile et lor estre et lor vie ;
Bien doit avoir [la mort] se il en eus se fie.
Tomiles fu senez, s’est la plaie garie.
Tant a alé .j. jor par Coloigne la riche
1200Que de son fier lignage ot molt grant compagnie.
Au mostier les mena entre vespre et complie ;
La mort Landri l’enfant jurerent et plevirent,
Que ne l’oï nuns hom qui muire ne qui vive,
Ne mais que solement la nonne Beneïte
1205Qui estoit au mostier ou fa[i]soit son servise,
Et fu lez .j. pile[r] reposte et mucie.

    — 1187 fianz, les deux textes ont fuanz, qui n’offre ici aucun sens ; la correction est suggérée par le v. 1197 ; seulement, au v. 1188, on préfèrerait al ou el au lieu de le.

  1. — 1197 la mort manque dans les deux textes, cf. v. 1187. L. porte avoirt, où le t est un reste de mort. — 1204 Les deux textes portent benoite. — 1205 au dans les deux textes ; corr. ou (?) — 1206 fu, L. fui.