Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Damedeus les confonde, qui en la croiz fu mis.
Li dus Do en monta sor .j. cheval de pris ;
Il issi de la vile por ramener Landri.

XLII[1]

Li dus Do en monta sor .j. cheval ferrant :
1160Il issi de la vile a esperons brochant.
Tant a corru li dus c’aus ielz vit son enfant.
(f. 23)A haute vois escrie Asson et Guinemant :
« Por Dieu, franc chevalier, n’alez plus en avant,
« Car je vos ai pris trives de cest jor en .v. anz.
1165« Haï ! beaus filz Landri[s], com estes avenanz !
« Se creüsse vo mere, que fuissiez mes enfanz,
« De nule rien en terre ne fusse si joianz.
« Li putaiges de li vos va molt encorpant. »
Quant l’entendi Landris, a pou ne pert le sens :
1170« Par Dieu ! vos i mentez, dans cuverz soduanz.
« Ele ne fu ains pute, Deu en trai a garant.
« Certes, se ce n’estoit, por Deu le roiamant,
« Car vos estes mes pere, nel celerai neant,
« Je vos donroie tel as costez et as flans... »
1175Il ne se pot tenir, au maltalent c’ot grant ;
Il broche le cheval des esperons trenchanz
Et a brandi la hanste au confenon pendant :
Son pere eüst feru quant se gainchi ou champ.
De bien et d’amistié a apelé l’enfant :
1180« Haï ! beaus filz Landris, com vos voi essaiant !

    — 1156 les d’après L. ; ms. le. — 1157 sor d’après L. ; ms. sus.

  1. — 1166 Les deux textes mon enfant. — 1169 sens, les deux textes sanc. — 1173 nel, L. nol, corrigé en nos, ou l’inverse, ms. nous. — 1173 Car sic L. et ms. ; corr. Que (?) — 1174 La phrase paraît inachevée — 1177 hanste, L. hante, ms. lance. — 1178 Il semble que, dans L., se ait été surchargé en il.