Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Dame, » [ce] dist li dus, « aiez pais, ce que doit.
« Ja ne vos amera Landris, car ce est droit.
920« Encor le compar[r]ez a quel fin que ce soit.
« Si en perdrez la teste ; si ne puet remanoir.
— Sire, » ce dist Landris, « certes, vos dites voir. »

XXXIII[1]

Landri[s] va a la cort chascun jor por mangier,
Li niés le roi de France, li damoisiaus prisiez.
925Tomiles le fait batre garçons et pautoniers :
Si li traient le poil quant il siet au mangier,
Et la male marastre le bote de ses piez,
Audegours la cuverte, cui Dieus doinst encombrier.
« Filz de putain, bastarz, que demandes, que quiers ?
930« Va au borc o ta mere ; trop riche est de deniers :
« Assez l’en ont doné serjant et chevalier.
— Dame, » ce dist Landris, « aiez pais, si m’oiez ;
« Laissiez ester ma mere, car riens ne vos requiert.
« Encor le comparrez, par les ieus de mon chief ;
935« Si em perdrez la teste : ja trestorné n’en [i]ert. »
Or est venuz li termes qu’ele dut acouchier,
Si delivre d’un fil ; fel [fu] et enragiez ;
Il ot a non Malingre ; Dieus confonde son chief.
Li dus le fist en fonz lever et baptisier,
940Mais ainc ne porta foi a home desoz ciel,
Se il le pot traïr, murtrir ne enginier.

XXXIV[2]

Quant li enfes fu nez, granz duel[s] en fu en terre.

    — 920 quelque, ms. quel.

  1. — 928 Ains la couverte — 929 demande et que. — 930 trope est r. deniers. — 939 f. laver. — 940 ains.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XXXIV