Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

895« Que il ne l’a ocis ou noié ou tué.
« Assez querez engin par quoi fust acordez.
— Dame », dit li dus Do, « car me laissiez ester.
« Si malement me puis ou lignage fïer
« Qui chascun jor me ruevent mon enfant afole[r].

XXXI[1]

900— Sire dus de la Roche, bien sai, » ce dit la dame,
« Que vos riens ne m’amez ; de ce sui en fiance,
« Ainz maintenez a tort dame Olive de France :
« Chascun jor i gisez quant il vos atalente.
« Cuidiez que bel me soit et n’en soie dolente ?
905« Ja ne verrai Landri que n’aie duel ou ventre.
« Car li faites cest uis de cest palais deffendre.
— Dame, » dit li dus Do, « or oi plait qui m’adente.
« Maleoite soit l’eure que venismes ensemble ! »

XXXII[2]

Or voit Landris li enfes, qui auques s’aperçoit
910Et set le grant outrage qui chascun jor li croi[s]t.
L’enfes vat a la cort et au main et au soir,
Et la male marastre le bote de sor soi,
Audegours la cuverte, cui Dieu grant mal otroit.
« Filz de putain, bastarz, fui de ci d’avant moi.
915« Va ou borc, a ta mere ; trop est riche d’avoir :
« Assez lui ont doné chevalier et borjois ;
(v°)« El ne se garde d’ome qui de mere nez soit.

    — 895 Q. il ne vous a o. n. — 896 p. qui f.

  1. — 905 que n’an a. — 906 c. us — 907 me dante — 908 Maldite s., q. nous v. ;
  2. — 909 s’ manque. — 914 b. fut. — 917 Elle, soit nez.