Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Lasse ! que n’es si granz qu’armes puisses soffrir !
« Si penroies venjance du gloton maleït
« Qui si juge mon cors et livre a juïz.
760(v°)— Taisiez vos, bele mere, » ce li a dit Landris.
« Vos n’avez ceanz pere ne parenz ne amis,
« Ne mais que moi tot seul que portastes a fil.
« Je ne vos faudrai ja tant que je soie vis.
« Car laissiez [or] le duc ses noces maintenir,
765« Et mon seignor Tomile dire tot son plaisir :
« Se je puis vivre tant qu’armes puisse baillir,
« Ce est .j. mariages qui durera petit.
« Quant je voi bien [huimais] n’i troverai merci,
« Ne m’i celerai mais, par les sainz que Diex fist,
770« Car s’est home qui die qu’o vos putage fist,
« Prez sui que lui combate trés par mi cest larriz,
« A cheval et a armes, en mi ce pré flori :
« Si soit Jesus au droit, qui en la croiz fu mis.
« Se je sui en bataille recreanz et matiz,
775« Dont en prengne venjance mes sire a son plaisir. »
Quant entent la duchesse que ses enfes a dit,
Que, selonc son pooir, li vuet faire escondit,
Pasmée chiet a terre devant les moz Landri,
Quant li enfes la lieve par le peliçon gris.
780Et tuit cil dou palais en sont tuit esbahi ;
Il n’i ot si hardi que .j. seul mot deïst,
Mais entr’eus vont disant coiement et seri :
« Bien a parlé cil enfes, granz mervoilles a dit.
« Se il puet ja tant vivre qu’armes puisse servir,
785« Ce est .j. mariages qui durera petit. »
Quant Tomiles l’oït, a poi n’enrage vis :
(f. 16)Il a pris son gant destre, sel presente Landri :
« Vez moi ci em present de combatre vers ti,

    — 757 puissiés. — 766 tant vivre. — 770 Car nõme dont qui voz putaige fit. La correction est fort incertaine. — 771 combatre ; on pourrait garder cet infinitif en substituant de à que. — 787 sel, ms. soi.