Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

725Mais, se li enfes vit tant qu’armes puist baillir,
Ce est .j. mariage qui durera petit.
Du mostier sont issu, ou palais se sont mis :
Les tables furent mises, a[l] mangier sont assis ;
Cil jugleor si chantent et demoinent granz ris.
730Qui que chant ne qui lait, Olive n’a nul ris,
Ainz plora tendrement et tint son fil Landri ;
De ses braz le descent, si le mist devant li ;
Ele plore des iex, si gete granz sospirs :
« Beaus filz », dit la duchesse, « estez ci .j. petit ;
735(f. 15)« S’esgardez vostre pere qui a fame me prist,
« Qui me hait si du cuer que ne me puet veïr. »
— Mauvaise, » dist Tomiles, « car tu le mesfeïs
« Tot au pïeur garçon de trestot ce païs ;
« Do li trencha la teste a son bran acerin.
740« Se li dus me creoit, il t’ardroit le matin,
« La defors ceste vile, en .j. bordel petit.
— Mauvaise, » dist li dus, « tornez vos en de ci :
« Je ne vos amerai tant que je soie vis,
« Ne n’avrez de ma terre ne plain pié ne demi,
745« Ne ne vos amerai, car soin n’ai de Landri :
« Par la foi que doi Dieu, onques ne m’apartint.
— Sire, » dist la duchesse, « por l’amor Dieu, merci !
« Preste sui, s’il vos plait, a porter .j. juïz,
« Soit en feu ou en eaue ou en autre peril,
750« Que ne l’oi en pensée ne ne le consenti.
— Par Dieu, » ce dist li dus, « n’en avrez escondit,
« Car vos estes provée de veoir et d’oïr. »
Quant l’entent la duchesse, si enforce ses cris,
Et garda a la terre et voit son fil Landri,
755Ele plore des iex et giete granz sospirs :
« Beaus filz, » dist la duchesse, « tant par estes petiz !

    — 725 a. puet. — 729 chantant, demoine. — 730 P.-ê. qui[l] lait (?) — 731 tient. — 737-8 Ces deux vers s’accordent mal ; p.-ê. un vers a-t-il été omis entre les deux. — 741 La defroit. — 755 Et. — 756 f. ce dit.