Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/135

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

665« Millor plait en avrez, se vos le ....
« Et millors tesmongnages, se mestier en avez.
— Seignor, » ce dist Landris, « car me laissiez ester :
« Je lui dirai molt bien et mieus, se vos volez.
« Je sui petiz et enfes, si n’i porroie aler,
670« Et la presse est malt grant ; car m’i faites porter,
« Si irai mon dommage et ma honte esgarder.  »
Olive duchesse l’a en ses bras levé ;
Venue est au mostier, fait la presse coper ;
Dont se taisirent tuit, et Landris a parlé,
675Li niés le roi de France, li damoiseaus senez,
Ja parlera li enfes com ja oïr porrez :
« Sire dus de la Roche, grant pechié i avez,
« Qui ma dame laissiez, autre fame prenez,
(f. 14)« Et moi tolez ma terre et autrui la donez.
680« Ma dame est tote preste de juïse porter,
« Soit en feu ou en eve, ou la ou vos voudrez.
« Sire, car me resgarde ; si t’en prengne pité :
« Ja n’a il soz ciel home, s’il m’eüst engendré,
« Que a molt grant merveille que ne m’eüst amé ;
685« Et diable en ont si vestre cuer remué.
« La vostre char meïsme com poez ahonter ?
« Tuit cil qui vos esgardent sont tuit mi parjuré.
« Encor vos porrai faire felonie et viuté :
« Se Diex me laisse vivre c’armes puisse porter,
690« N’en penrai .j. vivant que je voise encontrer
« Ne lui face les membres et la teste coper.
« Et vos, sire arcevesques, ques avez esposez,
« De par nostre apostoile, qui tient crestïenté,
« Vos desfens je trés bien que messe n’i chantez.

    — 665 si vous le pourchassez, leçon inadmissible tant pour le sens que pour la rime. — 668 l. dirais — 669 si, ms. se — 684 amer. — 685 remuer. — 687 resgardent. — 688 viuté, la leçon du ms. est peu claire ; on peut lire bonté ou veuté. — 690 N’an panrai .j. rien je ne v. e.