Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

XXIII[1]

« Sire Do de la Roche, » ce dist Pepins li rois,
« Vos penrez vostre fame, jel vuel et si l’otroi,
« Quant il de ma seror ne puet estre autre roi,
615« D’Olive la duchesse, qui a le cors cortois.
« Mais ja ne ferai chose dont plus forment me poi[s]t.
— Sire », ce dit Tomiles, « aiez pa[i]s, ce que doit ?
« Laissiez ester le plait de Doon et de moi,
« Et je vos en donrai grant part de mon avoir :
620« .XX. mulez toz chargiez de fin or arabois.
— Je l’otroi, beaus amis, » ce li a dit li rois.
Le jor en fu li plaiz ou palaiz maginois :
.XX. mulez en reçoit trestoz chargiez d’avoir ;
(f. 13)Quant les ot receüz, si ’n ot au cuer enoi.
625Puis a dit .iij. paroles, coiement, en requoi :
« Ha[ï] ! Olive dame, grant duel porrez avoir
« Quant vos verrez voz regnes autre fame tenoir.
« Miens en ert li domaiges, car je[l] sai et otroi. »

XXIV[2]

Do demande congié et Tomiles li lerres ;
630« Seignor, alez a Dieu, » si a dit l’emperere ;
« Quant noces volez faire, [soit] ma serors remese ;
« Mais dorenavant vueil qu’ele soit bien gardée
« Et de vair et de gris richement afublée,
« Si ait en sa compaigne .iij. homes a espées ;
635« Et qui mal lui fera, si soit chier comparée.
« Cuidiez vos, sire Do, par l’arme vostre pere,
« Que, se Landris vit tant que [il] ceingne l’espée,

  1. — 613 v. jo.  626 pouez a. — 627 vos remmes a. f. tenir. — 628 je sais.
  2. — 629 a To. — 631 reniese. — 633 de vers. — 634 compagnie — 637 ceigne, ms. ceinde.