Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et si a Loereigne au duc Doon laissié ;
520Sa suer ne son nevo n’en a laissié plain pié.
Tomile[s] de Coloigne chascun jor se porquiert
Comment il doinst sa fille au duc, li aversiers.
Damediex la maudie, qui en croiz fu dreciez.

XVIII[1]

Olive la duchesse ot molt le cuer dolent
525De ce qu’ele est retée de traïson par tant,
De chose dont n’ot onques corage ne talent,
Et si em pert La Roche et l’onor qu’i apent
Et son seignor Doon, qu’ele par amoit tant,
Plus que nule rien qui fust ou siecle vivant...
530A son ostel ou ore norri bien son enfant,
Landrïet le petit, tant que il ot .vij. anz :
Mieldres est ses aages que autres de .x. anz.
Et Do fu a Coloigne, ou il tint ses corz granz,
Norri ses chevaliers, s’aleva ses serjanz.
535Atant es vos Tomile sus ou palais errant,
Et apela le duc tost et isnelement :
« Sire », dist li traïtre, « entendez mon semblant ;
« Une rien vos dirai, si vos vient a commant :
« Car donez dame Olive a .j. de voz serjanz,
540« Jamais a la putain [ne] serez atendanz ;
« Puis porquerrez tel fame de cest jor en avant

  1. — 525 e. restée. — 526 dont, ms. que. — 529 q. fut en cest s. On pourrait encore proposer, pour avoir une meilleure coupe, P. q. n. autre rien en cest s. v. — Après ce vers il semble bien qu’il y ait une lacune, à moins que le suivant ne soit corrompu. On pourrait supposer quelque chose comme ceci : [En la vile vesqui la dame povrement], En son ostel... — 532 Mas miedres. — 535 Etant. — 537 traïtre, ms. aultre. — 540 p. s. mais a.