Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ce que vi a mes ieus n’a mestier de monstrer.
420« Il n’a soz ciel larron, tant ait avoir emblé,
« S’on le lait escondire, qui ja soit pris provez. »
Quant l’entendi la dame, si commence a plorer :
« Certes, sire Tomiles, bien sai que me haez.
« Diex m’en face venjance, qui en crois fu penez.
425« Ne puis envers vos toz ne tencier ne plorer,
« Car parole de fame ne puet avant aler :
« Ja n’avra si grant droit ne soit a tort tornez.

XI[1]

— Sire droiz emperere, » ce dist Do de La Roche,
« Fols est qui fame croit quant juïse li ofre :
430« Ce que vi a mes ieus vuet torner a fantosme ;
« Le garçon ocis jou, par saint Pierre de Rome. »
Dist Tomiles li lerres : « Mervoilles en oi ores.
« Hé ! ber, car trai l’espée, la putain si afole. »
Il issi de la chambre, si hauça sa parole,
435Que Normant et Breton et Loereing le sorent,
Et li moine et li clerc des mostiers et des cloistres
Ou Olive ot doné et calices et croces
Et dras et vesteüres, estamines et botes...
« Haï ! Olive dame, franche riens, douce chose,
440(v°)« Cil Sire vos garisse, qui soztie[n]t tot le trone
« De vostre part remaine li biens faiz et l’aumosne. »

XII[2]

Or es vos la mervoille par la vile espandue :

    419 Et que maines (ou ui a mes) uuet enz a estre monstrer ; cf. v. 430. — 421 qui, ms. que.

  1. — 431 J’occis le garçon. — 439 Ha dame Olive. Les vers 439-31 semblent devoir être placés dans la bouche des clercs du v. 436, comme quelques vers plus bas, mais alors il faudrait supposer qu’un vers annonçant ce discours a été omis.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées XII