Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Sire Do de La Roche, gentiz, nobles et ber,
305« Dolenz iert l’emperere Pepins, se il le set ;
« Mais prenez .j. message et si li envoiez.
— Si ferai je, seignor, car molt sui vergondez.
« Maleoite soit l’eure que je fui onques nez. »
Il apele Gregoire, son chapelain privé :
310« Sire frans clers », [dit il], « envers moi entendez :
« De ci que au matin a Paris m’en irez ;
« Pepin l’empereor vueil que me saluëz.
« Il me dona .j. don, genz fu et honorez :
« Ce fu un pan de terre que molt fait a loer.
315« .I. hom la me chalonge, qui est d’autre regné ;
(f. 7)« Ma terre en est enfraite et ses bans trespassez.
« Or vienge en Loeroigne por sa terre aquiter,
« Et quant il ert venuz, si parleromes d’el.
— Sire », ce dist Gregoires, « je le dirai assez. »

VIII[1]

320Cele nuit jut Gregoires de ci que au matin,
Li gentiz chapelains cui Diex puist beneïr.
Il monte sus .j. mul corant et arabi,
Et entra en sa voie, s’acuilli son chemin,
Et trespassa les terres, les puis et les larriz ;
325N’i ot reigne tirée de ci que a Paris ;
Et a trové le roi sus el palais marbrin.
L’emperere le baise, delez lui l’a assis,
De sa suer demanda, le premier mot que dit,
Et après de Doon le chevalier gentil.
330« Comment le fait ? » [dist] il, « comment se maintient il ?

    304 n. et bel. — 305 D. ser. — 308 Maldite s. l’eur que je fuis. — 314 un pou. — 315 regné, ms. roiné. — 317 Or vienge, ms. Vome, avec un signe d’abréviation sur l’o. — 318 il est.

  1. — 321 Le g. clerc c. D. puet deuoir ou denoir. — 322 mulet. c. — 328 sa suers. — 330 C. le fait il lor c. se m. il.