Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant l’entendi li dus, a pou d’ire ne fent ;
Il n’en presist plus rien por les membres perdant.
Il issi de la chambre corrociez et dolenz
280Et trova la norrice sus ou palais seant,
Et Landrïet son fil dedens le berz plorant.
Quant li enfes le voit, si li rit bonement,
Et li dus le bota de son pié laidement,
Que li berz reversa et l’enfes chiet adens :
285Li viaires li fiert desus le pavement ;
Bien i parut la plaie jusqu’as armes portant.
Li enfes brait et crie, qui ne set autrement :
Ne puet sa dolor dire, car il n’a pas le sens.
[Li] troi chevalier plorent por l’amor de l’enfant,
290(v°)Et dist li .j. a l’autre : « Molt nos vait malement ;
« Ci commence tel guerre qui durra longement ».

VII[1]

Li dus Do de La Roche a son fil mal mené,
Landrïet le petit, qui est de jone aé ;
Sanglent ot le visage et la boche et le nés.
295Bien poez [de voir] dire que Do fu molt irez ;
L’un duel mis avec l’autre n’ot en lui qu’aïrer.
Et dist li uns a l’autre : « Nostre sire est desvez ;
« Ja soloit il son fil Landrïet [molt] amer
« Et sa moillier la gente servir et honorer.
300« Ne sai quel vif deable ont entre eus conversé. »
Ja n’a il soz ciel home qui en eüst parlé
[Ne] mais que li troi conte qui sont a lui alé.
L’uns le prent par le braz, d’un part l’a torné :

    — 278 presist, ms. print. — 279 Il i. hors de. — 281 le berz, ms. le braiz — 284 berz, ms. braz — 286 p. jusques a. — 288 n’est p. le sanc. — 289 plorent, ms. plorant.

  1. — 296 d. mit (ou nut) auo ; la restitution est fort douteuse, d’autant plus que l’autre pourrait avoir été écrit par anticipation sur le v. suivant. — 297 Nostr. filz.