Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ier main la pris provée gisant a .j. garçon ;
135« Ne l’osai envaïr, car pou oi compagnons. »
Quant l’entent li dus Do, a pou d’ire ne font :
« Tomiles de Coloigne, baissiez vostre raison,
« Car, par icel apostre a cui peneant vont,
« Par pou que ne vos fier [ens] ou chief d’un baston ;
140« Et se vos plus d’Olive me dites se bien non,
« Plus haut vos ferai pendre que nul autre larron.
— Sire, » dit li traïtre, « merci ! por Dieu del mont ;
« Se nel vos puis prover en cest mois ou nos soms,
« Si me trenchiez la teste sans autre reençon. »
145Quant li dus l’entendi, si tint le chief embronc ;
Il plore tendrement des biaus ieus de son front.
« Dex, » dist il, « sire pere, par vo saintisme non,
« Car me donez la mort ainz que vienne li jors.
« Haï ! terre, car fent et de desoz moi font !
150« De ci que en l’abisme ne vueil avoir sejor.
« Haï ! Olive dame, de la vostre façon
« Ne sera jamais fame, chevaliers ne nus hom.
« Je vos amoie plus que riens qui fust ou mont. »

IV[1]

La suer le roi fu molt cortoise et avenant ;
155Ele ot .j. molt biau fil de Doon l’Alemant :
Il ot a non Landri par droit baptisement.
(f. 4)El gentil damoisel molt i ot bel enfant.
Tomiles de Coloigne le va molt soduiant ;
Ocire vuet sa mere a duel et a torment.
160.I. garçon apela, si li dist : « Vien avant.
« Se je t’osoie dire mon cuer et mon talent,

    — 135 anveïr, compagnon. — 145 ch. a uif bron. — 147 dit, et toujours ainsi. — 148 C. ne d. la m. a. q. nõme li j. — 149 de d. morfont. — 152 Ne ferai.