Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Doon de la Roche.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.

CHAPITRE II

Le manuscrit et les fragments. — langue des fragments et du manuscrit.

La chanson de Doon de La Roche ne nous est parvenue que dans un seul manuscrit complet, conservé à Londres, dans le British Museum : il y est côté Harley 4404. Quelques détails sur ce manuscrit ont été donnés par H. L. D. Ward[1] ; j’en dois d’autres à l’obligeance de MM. L. Brandin et O. H. Prior, qui ont bien voulu examiner le manuscrit à mon intention. D’après ces données, le manuscrit est un in-4°, sur papier, de 251 feuillets, de 294 sur 210 millimètres ; l’écriture est du xve siècle. La reliure est en cuir de Russie et porte en repoussé les armes du second comte d’Oxford, Edward Harley. Au dos sont écrits les titres : Le roman de Doon l’Allemand de la Roche. Epistre de Prestre Jehan. Le Romans des Anfances Ogier. Au dessous : mus. brit. bibl. harl. 4404 plut. lxx. e. Aucune note d’un genre quelconque sur les feuilles de garde ou ailleurs, de sorte que nous n’avons aucune donnée sur les origines du manuscrit et ses destinées jusqu’au moment où il fit partie de la collection harleienne[2].

  1. Catalogue of romances in the Department of manuscripts of the British Museum, London, 1883, I, 871. Une courte description du manuscrit avait déjà paru dans A Catalogue of the Harleian manuscripts in the British Museum, London, 1808, III, 141.
  2. On sait qu’Edward Harley avait hérité de la magnifique collection de manuscrits formée par son père, Robert Harley, premier comte d’Oxford ; il y ajouta des acquisitions nouvelles. Il mourut en 1741. En 1753, sa veuve vendit la collection à la nation anglaise ; elle fut placée au Musée Britannique ; voir Dictionary of National Biography, XXIV, 396. Nous ne pouvons